L’effet Allee anthropogénique2018-10-31T14:01:29+00:00

L’EFFET ALLEE ANTHROPOGÉNIQUE

Alors que la plupart des espèces ne devraient pas être exploitées au point de s’éteindre, parce qu’une espèce qui devient rare devient trop chère à trouver et exploiter, l’attrait irrationnel de l’homme pour la rareté fait que même les coûts d’exploitation les plus élevés peuvent être bénéficiaires: on trouve toujours des acheteurs prêts à payer des sommes incroyables pour les spécimens les plus rares.

Qu’il s’agisse de collections, de marché du luxe, de chasse au trophée ou des Nouveaux Animaux de Compagnie, ces animaux exotiques qui remplacent de plus en plus chiens et chats, les espèces les plus rares ont toujours plus de valeur. Elles sont donc toujours plus exploitées, ce qui accroit donc leur rareté, et donc leur valeur. Ce type de cercle vicieux rappelle l’effet Allee, et comme lui il peut se terminer par la disparition de l’espèce lorsque celle-ci a l’infortune de devenir un peu trop rare..

Franck Courchamp

Approches utilisées

  • La première étape de cette nouvelle thématique a été d’expliquer le concept, de le démontrer théoriquement, de montrer l’intérêt pour la rareté et de donner des exemples d’activités humaines ou d’espèces concernées.
  • Nous nous sommes ensuite concentrés sur des cas particuliers, tels que le caviar, les collections de lucanes ou la chasse au trophées.
  • Nous développons maintenant des approches inter-disciplinaires pour aller plus loin en prenant en compte l’économie, la socio-psychologie ou l’anthropologie.
EN SAVOIR PLUS SUR CE THÈME